Journal de bord #11

Cher Papa,

Me voilà donc au Myanmar maintenant. Je pensais avoir eu une transition douce avec Singapour, mais j’ai pris une claque immense en arrivant. J’ai atterri à Yangon, fatiguée par le trajet et je me suis sentie totalement submergée. Mais j’ai continué comme si de rien n’étais, à en prendre plein la gueule par la réalité. Je voulais voir, je voulais faire, je voulais vivre tout ça. Jusqu’à tomber dans les pommes au milieu de la rue.

C’est là que j’ai compris qu’il me faudrait un peu de temps. Les odeurs, la misère, le bruit, la langue, la nourriture, l’agitation, tout est différent et je n’ai plus aucun repère. Alors j’ai pris quelques jours de plus à l’auberge, j’ai pas fait grand chose à part me reposer et me nourrir tant bien que mal. Et je me sens mieux.

Peut-être que les gens me trouveront ridicule d’avoir été choquée par la vie ici (d’autant que je n’ai pas grandi avec des oeillères), mais je ne me sens pas honteuse d’être un humain sensible. Alors oui, les odeurs de la rue : où les habitants vendent fruits, viande, poisson, nourriture, et autre, entreposés au sol, au milieu des rats et des enfants qui jouent pieds nus, ben moi ça me coupe totalement la faim. Les rues bondées où tu risques de te faire shooter par les voitures qui klaxonne ne permanence, ben ça m’inquiète un peu. Le fait de ne pas pouvoir communiquer avec des mots car la plupart des gens ne parlent pas bien anglais, ben ça me déstabilise. Oui, je suis totalement perdue ici.

Et puis la solitude face à ça. Moi, petite touriste au milieu de la misère, c’est quoi le but ? C’était vraiment très difficile ces premiers jours, ça m’a beaucoup bousculée dans mes certitudes et dans ma vision de la vie. C’est exactement ce que je suis venue chercher je sais, et je pensais m’être préparée au moins un peu, mais rien ne prépare à ça.

Mais finalement, j’apprends. J’apprends à communiquer différemment, j’apprends à regarder 200 fois avant de traverser, j’apprends à retenir ma respiration quand je vois les étales de poissons arriver. J’apprends à m’adapter. Et je découvre des gens d’une gentillesse hors du commun, vivant avec des codes que je ne connais pas encore. C’est riche en émotion tout ça !

Je crois que mon voyage prend encore un tournant. Je ne sais pas encore lequel, je ne sais pas encore comment, mais je sens que ça modifie ma façon de voir et de faire. Et tu verra, je crois que mes photos changent aussi un peu…

Cela dit, j’ai trouvé des travelmates avec qui je vais faire un bout de chemin, ça va être sympa de partager un peu.

J’espère que tout va bien de ton côté de la planète. Je t’embrasse !

Ta fille un peu sensible

Et voilà quelques photos des rues de Yangon.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s