New-Zealand : North Island

La Nouvelle-Zélande, ce pays de toutes les merveilles que j’attends de voir depuis si longtemps… On m’a vanté ses beautés, et autant vous dire que tout est vrai !

Arrivée à Wellington sous une pluie battante, accompagnée d’un vent glacial. Repartie de Wellington 3 semaines plus tard plus ou moins sous les mêmes conditions. Mais c’est plein de petites échoppes, des Op Shop, des cafés, de bars et l’ambiance est très sympa, on oublierait presque la grisaille. Il y a aussi pas mal de petites marches à faire dans les alentours, notamment le Mont Victoria qui donne une vue panoramique sur toute la ville. Le Musée Te Papa est incontournable : très interactif avec beaucoup de choses à découvrir sur la Nouvelle-Zélande.

A New Plymouth, en théorie, il y a le Taranaki, mais la météo ne permettait pas de le voir… On a dû resté deux jours dans cette ville pour réparer la voiture (et oui, les aléas des road trip !), et j’avoue ne pas y avoir trouvé grand intérêt.

La très jolie ville de Raglan : un esprit surfer, un peu bobo chic tout en couleur. De là, tu peux longer la côte et profiter des plages de sable noir et du panorama à couper le souffle. C’est un coin très sympa, avec des vues imprenables et de petites merveilles cachées. On a fait une petite boucle en voiture en finissant par une incroyable chute d’eau Bridal Veil Falls, accessible en 10 minutes à pied depuis le parking, on se croirait dans les tropiques !

Hobbiton. J’y suis allée. J’ai payé 84$ pour être pressée par un guide, dans un groupe de 20 personnes où il faut batailler pour faire une photo et où le temps est compté : 2 heures. Je déteste officiellement le tourisme de masse, et croyez-moi, ça, c’en était. Le décor est absolument fantastique cela dit, même si je pense que personnellement, en sachant comment se déroule la visite, je n’aurai pas fait : mais ça n’engage que moi.

Dans la région de Matamata, il y a par contre une très belle balade à faire pour aller voir une magnifique cascade : Wairere Fall. 2 heures de marche aller-retour pour aller au point de vue, 1 heure de plus pour aller au dessus de la chute d’eau. Ambiance jungle garantie avec des petits ponts en bois, une flore tropicale et les ruisseaux timides.

L’incroyable randonnée dans Les Pinnacles. L’aller-retour fait 8 heures, donc c’est faisable en une journée, mais on a choisi de couper la randonnée en deux et de dormir en haut, dans une hute pour admirer le lever de soleil. La marche est de niveau intermédiaire, la météo pas très bonne, mais ça donnait encore plus de charme au chemin un peu rocailleux, un peu boueux, avec des ponts suspendus : un peu aventure quoi ! Bon, le lever de soleil, c’était pas pour nous, le brouillard nous l’aura volé. Mais la randonnée, le fait de dormir dans la hute au sommet, c’était fantastique !

Coromandel Peninsula, Port Jackson et la côte. On en a prit plein les yeux en allant tout au nord de la péninsule, la route est vraiment belle et paisible. Ensuite il y a toujours des balades à faire, mais moi perso, j’ai juste lu mon bouquin sur une plage déserte, sous un soleil réchauffant et c’était parfait.

Cathedral Cove au lever du soleil. Cet endroit, c’est le Must-See de la péninsule, et c’est justifié. Il faut une petite heure de marche pour y arriver, c’est une jolie balade sur les falaises au bord de la mer. Et honnêtement, je suis heureuse qu’on y soit allé au lever du soleil, parce que ça donne une dimension magique à ce moment.

Tauranga n’est pas folle, mais je pense que nous n’y avons vraiment pas passé beaucoup de temps donc je ne vais pas juger si vite. Par contre, il y a le Mont Manganui qui est à faire, la marche est assez facile (environ 40 minutes) et le panorama sur la ville et les plage à perte de vue est très cool.

Petit arrêt aux Blue Springs, en direction de la prochaine ville. C’est une rivière aux couleurs azures et aux algues vertes dansantes au rythme de l’eau qui coule. Il y a une marche le long du cours d’eau qui vaut vraiment le détour. Un moment paisible, dans un décor magnifique, même sous la pluie.

0CF2B90A-C2B1-423E-BE4E-96BB95670315

La ville de Rotorua, nauséabonde. Construite sur une zone à l’activité géothermique importante, c’est difficile de concevoir que les gens supportent de vivre ici. Dans la ville, vers le lac et dans le parc, il y a des trous d’où s’échappe de la fumée à l’odeur quasi insoutenable. L’eau dans ces trous est souvent chaude, voir brûlante (on peut voir la boue en ébullition) et bourrée de sulfure, de fer, et d’autre truc un peu trop scientifique…

La forêt de Redwood. C’est à 5 minutes de la ville que l’on trouve une forêt de pin rouges immenses. Il y a de quoi se promener un petit moment et si vous êtes prêts à payer, il y a un circuit à faire dans les arbres. Cela dit, même sans payer, ça vaut un petit coup d’oeil.

La hot pool gratuite et secrète. On a entendu parlé de ces bassins naturels d’eau chaude, suffisamment pour vouloir s’y baigner. C’est assez commun ici de barboter dans la boue visiblement. La hot pool qu’on a trouvé était pas trop connue et elle était parfaite, on y a passé des heures, jusqu’à quand même avoir un peu le tournis avec cette chaleur et les vapeurs.

56F88BF5-4DB4-4B22-964A-6F42DAEE93FD

Le soir, on a camper dans l’un des lieux les plus magique de ce voyage dans l’île du Nord : au bord du Lac Okaro. On est arrivé au coucher de soleil et on a littéralement sauté dedans : c’était évidemment glacé, on est ressorti tout aussi vite mais c’était génial. Et je ne vous parle même pas du réveil avec le levé de soleil sur ce lac en miroir…

Le parc national de Wai-O-Tapu et tous ces phénomènes géothermiques incroyables. Il faudra payer 32$ pour avoir accès au parc, et franchement ça vaut le coup. On a dû passer des heures à explorer les différentes formations géothermiques, toutes plus invraisemblables les unes que les autres.

Juste avant d’arriver à la ville suivante, il y a Huka Falls. Un torrent d’eau sous pression qui se termine en chutes bruyantes. On y accède très facilement, c’est assez touristique, mais c’est à voir.

Taupo et le lac le plus grand de Nouvelle-Zélande. Je ne sais pas si la ville vaut la peine de s’y éterniser mais le lac et la vue sur le Tongariro quand il fait beau temps est incroyable. Et puis il faut aller voir l’avion dans lequel un McDonald a décidé de s’établir, c’est quand même assez fou cette histoire !

CD638115-7735-436D-8CEB-21FEEFE428C2

Napier sous la pluie. On n’a malheureusement pas vu grand chose de la jolie ville qu’est Napier, la pluie intarissable nous a un peu cloîtrées à l’intérieur. Ensuite, on est retourné à Wellington pour prendre le ferry. Et c’est là que l’aventure pour l’île du Sud commence : New-Zealand : South Island

Bye bye North Island.

J’adore déjà ce que je vois de la Nouvelle-Zélande, effectivement, je n’ai pas beaucoup de temps ici, et je pense qu’il va falloir que j’y revienne. Mais je profite de chaque instant dans ce voyage extraordinaire. Si vous voulez des updates de mes états émotionnels et de ce qui se passe durant toute cette année de voyage, je vous invite à aller lire les petits articles spontanés que j’écris ici : Journal de bord

Osarya au bout du monde

Une réflexion sur “New-Zealand : North Island

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s