Lisboa

La ville du Fado et bien plus encore

On part pour 4 jours à Lisbonne, mais pas que… Après avoir visité de nombreuses villes cette année, on a décidé de bouger un peu dans les alentours de la capitale portugaise. Arrivée à 8h à l’aéroport, plus qu’à trouver le loueur de voiture : on a opté pour Hertz, la valeur sûre et sans prise de tête. La petite Opel corsa nous servira pendant à peine deux jours, juste de quoi explorer les alentours de Lisbonne avant de s’attarder deux autres jours dans la capitale portugaise.

Jour 1 – Sintra, son palais aux mille couleurs et les plages

Palacio de Pena

Au beau milieu des collines de Sintra, on cherche le fameux Palacio de Pena : un doux mélange entre Mario Kart et Hansel et Gretel. La visite du palais coloré est assez prisée, même en dehors de la période de vacances, mais elle est en vaut la peine. Le palais domine un parc qui s’étend sur des kilomètres, entre les rochers, les lianes, les petits ponts de pierres et les sentiers piétons : il y a de quoi faire.

Mon coup de cœur de ce petit voyage.

Azenhas do Mar et Praia do Cresmina

Plus on se rapproche de l’océan, plus le soleil disparait sous un brouillard épais. En arrivant à Azenhas do Mar, un joli village de bord de mer, on ne voit pas plus loin que deux mètres. La petite ville parait tout de même plaisante, et on admire, du haut des falaises, les vagues puissantes s’écraser contre les rochers, dans la brume.

 

Après quelques minutes de voiture et une pause pizza (dans un bouiboui à moitié gitant fort amusant), on s’arrête sur la jolie plage de Cresmina. Le long de la côte, il y a des dizaines de plages donc le choix se fait carrément au hasard et pour notre part. Entre les dunes de sable fin, les vagues tumultueuses, les falaises et l’air rafraichissant.

L’océan hypnotisant, éternel.

La côte

Next stop, aucune idée du nom du lieu, on a vu des falaises, on s’est arrêté. L’endroit est magnifique, on crapahute pour prendre des photos, admirer l’eau transparente et chercher les crabes. Les rochers forment de petites grottes et des petites zones d’eau calme, alors que les vagues battent les falaises à quelques mètres de là.

Tourbillon blanc, colère bleue, chaos gris.

Cascais

On passe dans ce joli coin de paradis : petite ville de bord de côte à trente minutes de Lisbonne. Cascais ressemble à beaucoup d’autres ports de plaisance. On y reste le temps d’une soirée de fin d’été, d’un bon repas portugais et d’une nuit calme.

 

Jour 2 –  Belem et les lieux abandonnés

Boca do Inferno

Il aurait été dommage de ne pas aller voir cette œuvre d’art naturelle. A deux pas de Cascais, avant de partir pour Belem, on prend le temps de s’arrêter. Le long des falaises, on découvre la Boca do Inferno, un arc naturel formé par l’érosion qui offre une ouverture sur l’océan.

Seul le bruit des vagues brise le silence du matin.

Pasteis de Belem et Mosteiro de Jeronimos

Il nous a été conseillé mille fois d’aller déguster les fameuses pasteis portugaises ici. Vous trouverez la pâtisserie très facilement : Belem n’est pas bien grand et l’enseigne est assez conséquente. Pas de longue file d’attente pour nous aujourd’hui, on s’installe dans l’une des nombreuses salles et on commande notre petit-déjeuné.

 

Juste à côté de la pâtisserie, on peut difficilement manquer l’immense Monastère des Hiéronymites. Nous n’avons malheureusement pas pu le visiter, mais cette façade imposante de blancheur et de détails est déjà incroyable.


Torre de Belem

On a failli ne pas y aller (et ça aurait été une très grave erreur…) mais on a finalement emprunter l’esplanade qui relie le monument des explorateurs à la tour, le long du fleuve. Elle est posée au milieu de l’eau, stoïque, à quelques mètres de la terre, offrant une petite plage de sable. Personne. Le lundi, la tour est fermée aux visiteurs, pour mon plus grand bonheur, il n’y avait pas un chat, ni sur le ponton, ni sur la petite plage.


Factory LX et Village Underground

Entre Belem et Lisbonne, en cherchant le Village Underground, on tombe sur LX Factory : un petit coin en pavé où se rencontrent boutiques artisanales, cafés, bars, pâtisseries, art de rue et autres activités culturelles. De quoi passer un moment agréable, un peu en décalage avec le traditionnel Lisbonne.

 

On finit par trouver le Village Underground : un amas de containers, de vieux bus, et autres originalités. L’endroit est petit, un peu trop petit, mais quand même sympathique. On y trouve des petits bars et des locaux privés dans un décor assez berlinois.


Belvedere de Monsanto

Au sommet du parc de Monsanto, un ancien hôtel/restaurant panoramique abandonné offre une vue à 360° sur tout Lisbonne. On peut accéder à toutes les parties de ce vieux bâtiment tagué, en ruine, flippant. Des parkings souterrains à l’escalier en colimaçon en passant par les pièces vides immenses.

Ce genre de découvertes que j’adore.

 

Jours 3 – Le vieux Lisbonne et ses catelles colorées

Alfama

Alfama, le vieux quartier le plus connu de Lisbonne. Les rues étroites, les pavés, les façades en catelles à motifs et le petit tram typique. On se balade ne profitant des rayons de soleil souvent cachés par les immeubles.


Castelo San Jorge

Un incontournable de Lisbonne. Pour un dizaine d’euro, vous avez accès à ce qui reste du Château, sur les hauteurs de la ville. La forteresse de pierre offre une vue imprenable sur les toits. Ne pas tomber des remparts, ne pas tomber des remparts, ne pas tomber des remparts.

Un petit bijou sous le soleil de fin de journée.

Convento do Camo

Tout près de notre Airbnb, l’ancien couvent de Camo ressort entre les immeubles. Ses arches nues sont le témoignage des ruines de l’église qui s’y trouvait. On paye quelques euros et on peut enter dans ce qui reste du bâtiment. La lumière un peu timide joue sur les arcs et les murs vieillis.


Elevator Santa Justa

Derrière le couvent, on peut accéder à l’élévateur, via une passerelle. En fait, pour ceux qui ne voudraient pas prendre l’ascenseur, vous pouvez monter une partie à pied, en payant un euro cinquante. L’escalier en colimaçon étroit vous mènera au sommet et vous aurez une vue sur les toits de Lisbonne.


Barrio Alto

On se perd dans le quartier au fil des rues, sans trop savoir où l’on va. Les couleurs des façades d’immeuble, les ruelles pavées, les escaliers et les petites boutiques uniques.


Chiado

C’est notre quartier : magasins, fado, places touristiques. On y passe et on y repasse toute la journée, en découvrant toujours de nouvelles choses.

 

Jour 4 – Le nouveau Lisbonne, sa douceur et le Ponte 25 de abril

Almada

Comme d’habitude, on ne prévoit rien et on prend, à la station Cais de Sodré, le bateau pour traverser et aller voir la fameuse copie du Golden Bridge. On arrive au port de Cacilhas, du côté d’Almada. Rien n’a voir avec les quartiers touristiques, on découvre les bâtiments laissés à l’abandon et pourtant encore habités le long du fleuve : les tags, les pêcheurs, les toits brûlés et les fenêtres brisées. La pauvreté.

La claque réaliste.

Ponte 25 de abril

En empruntant le long des quais, on ne peut plus prendre le bus qui devait nous mener en haut de la colline, alors, en grands optimistes que nous sommes, nous faisons le chemin à pied. D’abord, un ascenseur (totalement immanquable, pas tellement accueillant) au milieu de rien, et ensuite 20 minutes de marches, dans un quartier morne pour atteindre enfin le Cristo de Rei où l’on ne reste que quelques minutes.


Parque Naçoes

Après avoir récupéré la valises et toutes nos affaires, on se rend dans le nouveau Lisbonne. En totale opposition avec les quartiers que l’on a déjà visités, on arrive dans une atmosphère douce et sereine, au milieu de immeubles de verre. On se pose sous les arbres, on longe l’esplanade sous le téléphérique au bord du Tage et on respire un peu avant de rentrer.


 

4 jours chargés, 4 jours de découverte, 4 jours de photos.

Je vous mentirai si je ne vous disais pas que j’ai été quelque peu déçue par cette ville. Peut-être parce que tout le monde m’en a beaucoup parlé et m’a promis des merveilles, peut-être parce que je suis moins sensible aux charmes du Portugal, peut-être parce que ce petit trip était chargé, peut-être parce qu’il a beaucoup fait gris… Je ne sais pas. C’était tout de même plaisant et je ne regrette pas d’y être allée, mais je garderai ce petit goût de déception.

On a un peu couru partout, mais ça en valait la peine.

 

Il y a tellement de façon d’explorer Lisbonne et ses alentours.

 

Osarya

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :